La photo culinaire, c’est un métier !

Caroline
28 mars 2014
681 Views
4 Comments

régis cintas floresEn créant mon blog culinaire, je me suis rendue compte que les photos de mes plats avaient une grande importance : elles doivent donner envie aux internautes de lire mes articles. Moi qui ne m’intéressais pas du tout à la photographie avant, je me suis mise à prendre soin de la mise en scène de mes plats. Constatant une différence entre mes clichés et ceux qu’on voit dans les magazines, j’ai décidé d’interviewer Régis Cintas-Flores, photographe professionnel salonais, pour en savoir plus sur ce métier passionnant (et glaner quelques astuces !)

 » Tout d’abord, il faut bien connaître son matériel et avoir un bon objectif. On doit pouvoir faire de la macro avec.

Il faut ensuite trouver le bon angle et la bonne lumière. Cette dernière est en effet très importante, je travaille avec un flash de studio, cela apporte une plus grande netteté. J’ai regardé beaucoup de photos de plats afin de déterminer la lumière que j’allais utiliser.

En général, il faut un quart d’heure pour prendre un plat en photo. Voilà pourquoi il est différent de ceux qu’on peut photographier à la maison à la va-vite et qu’on mange tout de suite après. Certains plats, comme les soufflés… ne tiennent pas et il existe des astuces pour qu’ils restent en forme (note de l’auteur : je ne vous conseille pas de les manger après, s’ils ont des épingles, des allumettes, de la colle ou des petits bouts de cartons dedans…)

régis cintas flores 2On peut créer des reflets sur les plats ou les bouteilles pour les rendre encore plus appétissants, avec une plaque de plexiglas ou une boîte à lumière

On prend la photo à hauteur de regard, avec le même point de vue que la personne qui va manger.

En matière de photo culinaire, c’est la mode du net flou. Par exemple, si vous regardez les plats en photo pour illustrer cet article, vous verrez que le premier est net et que les autres sont floues, cela les rend beaucoup plus alléchants ! »

Régis Cintas-Flores réalise des reportages pour des institutions et des entreprises. Il a travaillé avec le Parc Régional du Lubéron sur le livre de recettes « Mieux manger en local » qui va paraître sous peu. Il a également réalisé des photos des plats et du restaurant de Mathias Peres, Chef de la Table du Roy, restaurant gastronomique à Salon.

A lire

Mon coup de gueule : cachez-moi ce plat que je ne saurais photographier !

Crédit photos des plats de Mathias Peres : Régis Cintas-Flores

 

Vous pourriez être intéressé

Poêlon de cabillaud et noix de saint-jacques
Plats
99 vus
Plats
99 vus

Poêlon de cabillaud et noix de saint-jacques

Caroline - 18 février 2019

Que diriez de vous régaler avec ce délicieux poêlon de cabillaud et noix de saint-jacques ? C'est un plat plein…

Découvrez la Dégusta Box « Bonnes résolutions »
A tester
90 vus
A tester
90 vus

Découvrez la Dégusta Box « Bonnes résolutions »

Caroline - 17 février 2019

C’est le moment de vous dévoiler le contenu de la Degusta Box « Bonnes résolutions ». J’ai aimé plusieurs des produits…

Vermicelles de riz aux crevettes
Plats
6597 vus2
Plats
6597 vus2

Vermicelles de riz aux crevettes

Caroline - 17 février 2019

Je vous propose aujourd'hui une recette facile et rapide de vermicelles de riz aux crevettes, à la mode asiatique. C'est…

4 Responses

  1. Régis a toujours fait des photos sublimes, quelque soit le sujet.
    Quand j’étais en école de photo, on avait un examen à passer sur le thème du culinaire, on avait 4 heures pour faire la photo parfaite d’un plat devant être appétissant, cela demeure le plus grand traumatisme photographique de ma vie 🙂

    Reply
  2. J’avoue que je me soigne mais ce n’est pas du tout facile de prendre en photo un plat. Merci à Régis pour le temps qu’il m’a très gentiment accordé !

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.