La Brasserie de l’Isle Saint-Louis, une institution à (re)découvrir

Caroline
20 janvier 2017
97 Views

Comme j’aime beaucoup les lieux qui ont une âme, j’ai été ravie de découvrir la Brasserie de l’Isle Saint-Louis à Paris. Cette institution, créée en 1953 par Paul et Marthe Guépratte, est toujours gérée par la même famille. On y déguste de délicieux plats traditionnels français dans une ambiance typiquement parisienne, si chère aux poètes et aux chansonniers.

Nous avons été très bien accueillies Jérôme Guépratte qui gère le restaurant avec son frère et son père. Le service est sympathique, efficace et rapide. J’ai particulièrement apprécié la décoration laissée en l’état depuis l’ouverture de la brasserie, les petites tables collées les unes aux autres et les serviettes à carreaux rouges et blancs.


J’ai eu du mal à choisir dans la carte parmi tous ces plats qui éveillent tant de souvenirs dans notre mémoire collective : blanquette de veau, coquelet des Landes rôti façon Grand-Mère, parmentier de joue de bœuf, petit salé aux lentilles du Puy, rognons de veau à la crème et aux morilles accompagnés d’un gratin de macaronis, un cochon de lait rôti et farci à l’Alsacienne, filet de bœuf en croûte… Je vois que vous salivez rien qu’en lisant cette liste.

En entrée, j’ai découvert la version « fait maison » du célèbre maquereau au vin blanc et aux aromates. J’en mange pratiquement tous les jours car j’adore ça, mais toujours en boîte. Cela a été un vrai plaisir pour moi de déguster ce poisson frais avec sa petite sauce. Ma mère a choisi des poireaux à la vinaigrette. Un standard qui peut rapidement tourner à la catastrophe si ce légume est trop filandreux. Or là, tout était parfait !

En plat principal, nous avons finalement craqué sur la poule au pot, l’institution dominicale de la Brasserie, préparée dans les règles de l’art. La volaille était bien cuite et goûteuse, tout comme les légumes. Un vrai plaisir !

J’ai hésité à prendre un dessert car j’étais complètement repue. J’ai capitulé devant un mille-feuilles traditionnel, c’est-à-dire sans le glaçage supérieur et j’ai bien fait. Le résultat, bien que gargantuesque, était excellent ! La pâte feuilletée croustillait et la crème pâtissière fondait dans la bouche. C’est le meilleur mille-feuilles que j’ai jamais mangé !

Les prix sont assez raisonnables : entre 8€ et 10€ pour une entrée, une vingtaine d’euros pour les plats et entre 7,50€ et 12,50€ pour les desserts. Je précise que les portions sont généreuses et si vous avez un appétit modéré, vous vous contenterez certainement d’une entrée et d’un plat ou d’un plat et d’un dessert.

Comme vous l’avez certainement compris, j’ai adoré mon déjeuner à la Brasserie Saint-Louis et je comprends encore mieux ce que viennent chercher les touristes dans notre capitale, le Paris intemporel, celui des artistes, des épicuriens, des romantiques… Et ce Paris-là, vous le retrouvez un peu en passant un moment à la Brasserie Saint-Louis !

La Brasserie de l’Isle Saint-Louis
55, quai de Bourbon 75004 Paris
Tél : 01 43 54 02 59

Sponsornot

Vous pourriez être intéressé

Découvrez la Dégustabox « Faites la fête ! »
A tester
89 vus
A tester
89 vus

Découvrez la Dégustabox « Faites la fête ! »

Caroline - 20 janvier 2018

C’est le moment de vous dévoiler le contenu de la Dégustabox « Faites la fête ! ». J’ai aimé pratiquement…

Une recette anti-gaspi savoureuse : le riz aux petits pois et aux saucisses façon cantonais
Plats
458 vus
Plats
458 vus

Une recette anti-gaspi savoureuse : le riz aux petits pois et aux saucisses façon cantonais

Caroline - 20 janvier 2018

Souvent, après un repas en famille ou entre amis, vous vous retrouvez avec des restes en tous genres sans savoir…

Une recette originale : le chou-fleur aux knacks de poulet
Plats
773 vus
Plats
773 vus

Une recette originale : le chou-fleur aux knacks de poulet

Caroline - 19 janvier 2018

Aujourd'hui, je partage avec cette recette très facile et rapide de chou-fleur aux knacks de poulet. Elle ravira très certainement…

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.